:: Espace candidat
Adresse email :

Mot de passe :

> créer mon compte
> déposer mon CV
> créer une alerte mail
> mot de passe oublié ?
> Emploi Handicap
::

Sup'Biotech : Interview de Monsieur Arnaud Kervarec , Responsable des Relations Entreprises de Sup'Biotech

Interview de Monsieur Arnaud Kervarec , Responsable des Relations Entreprises de Sup'Biotech

Pouvez-vous nous expliquer votre modèle de réussite pour former les « ingénieurs de demain » ? 

Sup’Biotech est une école d’expert en ingénierie des biotechnologies en 5 ans après le bac.

Une des forces de notre école est sa capacité à adapter son programme aux besoins du marché et des entreprises. L’école est d’ailleurs née des attentes des entreprises d’avoir dans leur structure des spécialistes double compétence scientifique et managériale.

C’est la raison pour laquelle l’implication de Sup’Biotech dans le monde professionnel est dynamique et développée. L’école est membre de Medicen Paris Région, France Biotech, du comité Adebiotech, du parc d’entreprises Biocitech, de l’association Cancer Campus mais également, des pôles de compétitivité de la cosmetic Valley et Industries & Agro-Ressources (IAR).

Notre mission est de donner à des jeunes, passionnés par les sciences du vivant et les biotechnologies, et qui veulent développer dans ce domaine en constante évolution, une carrière durable en entreprise, la formation, les compétences et les outils qui leur donnent une expertise de haut niveau et une vraie valeur ajoutée lorsqu’ils intègrent l’entreprise puis pour toute leur vie professionnelle.

Sup’Biotech propose un cursus type ingénieur. Pouvez-vous nous décrire les principaux enseignements de celui-ci ?

Les compétences nécessaires pour réussir une bonne insertion professionnelle sur du long terme s’acquièrent progressivement en 5 ans, fragmentés en deux Cycles (un 1er cycle de 3 ans, un 2ème cycle de 2 ans) durant lesquels les étudiants apprennent à maîtriser :

  • les Sciences du Vivant (méthodologie scientifique d’excellence) ;
  • les Sciences de l’Ingénieur (conception de solutions technologiques permettant de fabriquer des produits et/ou des services nouveaux de façon compétitive) ;
  • les Sciences Managériales (conduite de Projets en équipe dans leur aspect marketing, stratégique et financier).

Sup’Biotech propose un enseignement équilibré entre cours, TD, TP, stages et projets en phase avec les attentes des entreprises. La dimension « Projets » augmente d’année en année à travers le cursus, notamment avec un  programme d’innovation à visée industrielle grandeur nature sur 4 ans, les Sup’Biotech Innovation Projects (S.B.I.P.). 

Les étudiants sont-ils amenés à se spécialiser par des modules optionnels ?

A partir de la 4ème année, les étudiants ont la possibilité de personnaliser leur projet professionnel en choisissant des spécialisations :

  • Une orientation professionnelle parmi 3 majeures : Recherche & Développement, Production & Bio-procédés, Marketing & Technico-commercial.
  • Une orientation sectorielle parmi 5 mineures, toutes en étroite interaction avec les biotechnologies : Santé / Pharmacie, Environnement, Agroalimentaire, Cosmétologie, Bio-informatique

Nous avons ouvert depuis l’année dernière un programme entreprenariat qui s’adresse aux étudiants ambitionnant la création d’entreprise en biotechnologie.

Les entreprises recherchent-elles plus spécifiquement des ingénieurs spécialisés ?

Le travail d’un ingénieur dans le secteur des biotechnologies est très différent selon l’entreprise et le secteur dans lesquels il travaille.

Il doit avoir une bonne connaissance de la spécificité scientifique, technologique et économique du secteur, afin de travailler sur des projets de recherche sur des nouveaux produits, leur production ainsi que leur mise sur le marché.

Une entreprise recherchera donc plus des compétences spécialisées et non généralistes.

Quels moyens mettez-vous en place pour faciliter l’immersion professionnelle ?

A Sup’Biotech, 4 stages sont intégrés sur l’ensemble des 5 ans, ce qui représente au moins 13 mois d’expérience pour développer leurs compétences et leur réseau :

  • 1ère année : 1 mois de stage anglophone
  • 2ème année : 2 à 3 mois de stage technologique
  • 4ème année : 4 mois de stage à responsabilités
  • 5ème année : 6 mois de stage de fin d’études

Nos étudiants sont préparés aux techniques et méthodologie de recherche de stage (et d’emploi en fin de cursus) avec l’aide de professionnels du domaine.

Nous organisons des visites d’entreprises chaque année afin qu’ils puissent développer leur réseau pendant leur formation et nous n’hésitons pas à les intégrer dans l’organisation de conférences et salons professionnels avec nos partenaires. Et ce n’est pas parce que la formation est terminée que nous ne les suivons plus. Nous sommes présents aux côtés de nos anciens avec l’association d’anciens DSB pour les accompagner dans leur recherche d’emploi et les faire profiter de notre réseau de partenaires.

A l’issu du stage de fin d’études, plus de la moitié ont un poste immédiatement à la sortie avec un salaire annuel moyen brut de 32 K€. Le taux d’insertion moyen est de 60 jours.

La formation peut-elle s’effectuer à l’international ? Avez-vous des partenariats académiques internationaux ?

L’ouverture au monde est nécessaire dans un secteur à dimension planétaire.

C’est la raison pour laquelle nous avons intégré un semestre académique obligatoire en troisième année. Nos étudiants peuvent choisir actuellement parmi 32 accords présents dans 19 pays dont l’University of California San Diago (UCSD) aux Etats Unis, référence dans le monde des Biotechnologies.

Ce semestre est une opportunité pour nos étudiants d’ouvrir leur esprit et de confronter leurs connaissances et leur méthodologie de travail à celles d’autres cultures.

La maîtrise de la langue anglaise est aussi à nos yeux un élément majeur de bonne insertion dans le monde des biotechnologies dans lequel elle domine. Les cours de spécialisation en cycle expertise (Bac+4 et 5) sont dispensés à 90% en langue anglaise.

 Retour à la liste